Je m’essouffle rapidement quand je cours : que faire ?

L’essoufflement est une sensation normale lorsqu’on pratique une activité physique intense comme la course.

Il devient cependant problématique quand il intervient très tôt au cours de l’exercice, empêchant ainsi sa poursuite.

S’il peut être lié à plusieurs facteurs, il existe tout de même quelques astuces permettant de courir sans s’essouffler rapidement.

Je m’essouffle rapidement quand je cours que faire

S’échauffer avant la course

Faire de la course impose à l’organisme un rythme plus accru que celui qu’il observe d’habitude.

Une absence de préparation peut donc brusquer le corps qui n’aura pour seule réaction qu’une augmentation du rythme cardiaque manifestée par l’essoufflement.

C’est pour cette raison qu’il est primordial de prédisposer le corps à un changement de fréquence avant de prendre son élan.

Cette phase préparatoire peut débuter par une marche plus ou moins rapide avec un accroissement progressif de la vitesse.

Elle peut être suivie ensuite de petites foulées avant d’aboutir au sprint.

La distance et la durée pour chacune de ses étapes sont fonction du trajet que souhaite faire le coureur.

Toujours est-il qu’il faut équilibrer le temps d’échauffement et celui de la course en général.

Choisir le bon rythme

Le choix du rythme de course est au cœur même de l’intensité de la respiration du coureur.

Autrement dit, une mauvaise adaptation de la vitesse avec les capacités de la personne peut causer la survenance très rapide de la fatigue.

Ainsi, il est primordial d’apprendre à connaître son corps afin de déterminer l’allure de course qui lui convient.

Lorsqu’on est débutant par exemple, il faut y aller doucement les premières fois.

L’enthousiasme des premiers jours ne doit pas se confondre à la précipitation, au risque de se retrouver en dyspnée dès les mètres liminaires.

De plus, en matière de course, il est important de faire preuve de patience.

C’est dire qu’il ne faut pas se fixer des objectifs colossaux dès le départ.

L’organisme a besoin de temps pour s’adapter.

L’augmentation de la distance et de la fréquence de course doit donc se faire graduellement.

Pour donc éviter de se retrouver rapidement essoufflé, il est possible de fractionner la course en y insérant des temps de récupération.

Lesdits temps de récupération ne sont rien d’autre qu’une réduction de la vitesse sur une courte longueur afin de repartir plus en forme.

Ceci revient à dire que pour une course totale de 5 km par exemple le coureur peut s’octroyer 5 pauses, c’est-à-dire qu’après chaque kilomètre il baisse le rythme et marche 2 à 3 minutes avant de se remettre à courir.

Avec le temps, il pourra augmenter la distance avant le break et réduire voire éliminer totalement les arrêts.

Apprendre à bien respirer

L’élément annonciateur de l’essoufflement étant la respiration, il est primordial de bien la gérer afin d’avoir un souffle suffisant le temps de son activité.

Et pour ce faire, il est conseillé de fragmenter sa respiration c’est-à-dire trouver l’harmonie parfaite entre l’oxygène inspiré et le CO2 rejeté, le tout en adéquation avec la vitesse suivie.

Aussi, bien respirer correspond à inspirer uniquement et exclusivement par le nez et expirer profondément soit par le nez soit par la bouche.

L’inspiration par la bouche est risquée, car cette dernière laisse passer l’air et toutes les particules microbiennes exposant ainsi la gorge à un dessèchement qui peut conduire à la fatigue.

Enfin, pendant une course à plusieurs, il ne faut pas hésiter à échanger avec les autres, car le fait de parler permet d’équilibrer sa respiration.

A contrario, lorsqu’on est seul, on peut répéter calmement des nombres avec des chiffres par dizaine de milliers (25.831 par exemple).

Cet exercice permet de mesurer l’apport d’oxygène par rapport aux besoins de l’organisme.

Vous le savez maintenant, s’échauffer, bien respirer et aller à son rythme sont les clés pour éviter de s’essouffler rapidement lorsqu’on court.

Vous pouvez aussi vous référer aux conseils de coachs sportifs en la matière afin de courir plus sereinement sans craindre une lassitude prématurée.


Articles connexes :

Mal de dos chronique et course à pied : que faire ?

Est-ce que le footing fait perdre du ventre ?